Présentations des équipes du GdR PHYCOTOX

LRBT-ILM

Laboratoire de Recherche sur les BioToxines marines

www.ilm.pf/microalgues
wwz.ifremer.fr/umr_eio
www.ciguatera-online.com

Descriptif du laboratoire

Implanté au sein de l’Institut Louis Malardé (ILM) de Tahiti (Polynésie française), le Laboratoire de Recherche sur les BioToxines marines (LRBT) a été créé en 1967. Très tôt, ses recherches se focalisent sur l’étude de la ciguatéra, une intoxication alimentaire hautement prévalente en Polynésie française. Le LRBT a intégré l’UMR 241 EIO en 2012 au sein duquel il assure le pilotage de l’équipe ESSENTIA (Enjeux sanitaires et zoosanitaires dans les environnements insulaires océaniens). Depuis peu, le LRBT a élargi le champ de ses recherches à :

(i) la surveillance d’autres espèces d’algues responsables de phénomènes de proliférations algales ou susceptibles d’entrainer l’émergence de nouveaux risques phycotoxiniques (palytoxines, azaspiracides, toxines imines cycliques, etc.) dans les lagons polynésiens;

(ii) des activités de type R&D avec le lancement en 2019 d’un Centre de production de microalgues, notamment en vue de la commercialisation de standards de CTXs.

Descriptif des thématiques traitées

Thèmes de recherche :

La stratégie privilégiée par le LRBT dans l’étude du phénomène ciguatéra, est une approche intégrée rendue possible grâce à la capitalisation d’un fonds de connaissances pluridisciplinaires acquis au cours de 5 décennies de recherche sur cette problématique. Les activités de recherche du LRBT s’articulent autour des thématiques suivantes :

  • surveillance épidémiologique des cas d'intoxication par biotoxines marines sur l’ensemble du territoire polynésien,
  • veille technologique concernant les outils de détection des micro-algues et toxines associées présentes dans les réseaux trophiques marins (ciguatoxines et phycotoxines émergentes),
  • évaluation du risque ciguatérique dans les lagons les plus vulnérables, pour une sécurisation sanitaire accrue des filières lagonaires
  • études à visée biomédicale (outils diagnostic, formes chroniques de la maladie, efficacité des remèdes traditionnels dans le traitement de la Ciguatéra)
  • actions d’éducation et de sensibilisation du grand public, coopération technique

In fine, ces recherches visent à doter la Polynésie française d'un réseau de surveillance et de prévention ad hoc des risques d’intoxications, en vue de l’exploitation durable de ses ressources lagonaires (voir programme CARISTO-Pf).

Plus récemment, et face à l’expansion du risque ciguatérique à l’échelle mondiale, le LRBT a élargi ses centres d’intérêt aux nouvelles zones d’endémie de la maladie, notamment via son intégration à des réseaux de coopération nationale, régionale et internationale sur la thématique des biotoxines marines.

Domaines d’expertise :

  • Surveillance épidémiologique de la ciguatéra ;
  • Cultures in vitro de Gambierdiscus (algothèque)
  • Purification et production de standards de CTXs (banque de CTXs)
  • Réalisation de campagnes de terrain : cartographie des zones à risque
  • Techniques de surveillance in situ : window-screens, SPATT
  • Détection moléculaire de Gambierdiscus : qPCR
  • Détection des biotoxines marines: tests CBA-N2a et RBA
  • Actions de communication et de conseil à l’usage du grand public et des professionnels de santé

 

Responsable d'équipe:

Mireille Chinain Dr Sc, HDR
Tél : (+689) 40 416 458
Fax : (+689) 40 416 406
Email : mchinain@ilm.pf

Effectifs (dont personnel impliqué dans Phycotox) :

Le LRBT compte 10 agents en contrat à durée indéterminée (5 chercheurs, 1 ingénieur d’étude et 4 techniciens supérieurs de laboratoire) et 1 doctorant.

Chercheurs 

  • Mireille Chinain, Dr. Sc., HDR (ILM): Directrice de laboratoire. Diversité génétique et écotoxicologie de Gambierdiscus - Missions terrain
    Taiana Darius, Dr. Sc. (ILM): Détection des biotoxines marines (test de cytotoxicité (CBA-N2a) et test interaction ligand-récepteur (RBA) – Compétence en radioprotection
    Clémence Gatti, Dr. Sc. (ILM): Physiopathologie - Surveillance épidémiologique - Etudes biomédicales – Missions terrain

 

Le LRBT accueille également à plein temps 2 chercheurs extérieurs dans le cadre de l’UMR-EIO :

  • Mélanie Roué, Dr. Sc. (IRD), jusqu’en décembre 2019 : Chimie des toxines – Technologie SPATT - Détection des biotoxines marines (CBA-N2a) - Cultures in vitro de cyanobactéries benthiques marines.
    Hélène Martin-Yken Dr. Sc., HDR (INRA/IRD), jusqu’en septembre 2020 : Physiologie et génétique des levures.

Ingénieur d’étude

  • Jérôme Viallon (ILM): Cultures cellulaires -Détection des biotoxines marines (CBA-N2a) - Missions de terrain.

Techniciens de laboratoire 

  • Philippe Cruchet (ILM): Chimie des toxines (dont extraction et purification des CTXs).
    Taina Revel (ILM) : Biologie moléculaire (qPCR) – Détection des biotoxines marines (RBA).
    André Ung (ILM): Culture de micro-algues - Missions de terrain.
    Kevin Henry (ILM) : Culture de micro-algues - Missions de terrain.

Doctorant 

  • Sébastien Longo: (thèse GLOBALCIG), jusqu’en septembre 2020.

Implication/Rôle scientifique de l’équipe dans Phycotox :

Compte tenu de ses domaines d’expertise, le LRBT est plus particulièrement concerné par les axes suivants traités au sein du GDR Phycotox:
Axe 1 : Identification/caractérisation et devenir des ciguatoxines et de leur dérivés dans la chaîne alimentaire.
Axe 2 : Ecologie, diversité, physiologie de Gambierdiscus et implications dans la production de toxines
Axe 3 : Impact et transfert des phycotoxines dans les écosystèmes marins.

Coordonnées :

Laboratoire de Recherche sur les BioToxines marines (LRBT)
Institut Louis Malardé
Rue du 5 mars 1797
BP 30, Papeete, Tahiti
98713 Polynésie française
Tél : (+689) 40 416 458
Fax : (+689) 40 416 406

En savoir plus

www.ilm.pf/microalgues
wwz.ifremer.fr/umr_eio
www.ciguatera-online.com

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation et améliorer l'expérience utilisateur. En savoir plus J'accepte