Projets de recherche

MASCOET

Maintien du Stock de Coquillages en lien avec la problématique des Efflorescences Toxiques

MASCOET : Projet financé par France filière Pêche pour 6 ans, 2019-2024

Partenaires :

IFREMER:  DYNECO LEBCO (coordination : Aline Blanchet et Philippe Cugier); DYNECO PELAGOS, LER-BO ; LER-N ; LER-PB, LER-PC, LER-MPL,
LEMAR UMR6539 UBO/CNRS/IRD/Ifremer
CDPMEM29 ;
CDPMEM22 ;
Ecloserie du TINDUFF,
AMURE

La coquille Saint-Jacques est la troisième espèce vendue sous les criées françaises pour un total de 75 millions d’euros en 2016. Elle est exploitée par une importante flottille allant du nord de la France aux Pertuis Charentais. Depuis, les années 2000, partout sur le littoral, les professionnels ont été contraints à des fermetures de la pêche dues aux efflorescences de la microalgue, Pseudo-nitzschia (PSN), capable de produire une toxine amnésiante (l’acide domoïque : AD), responsable du syndrome ASP (Amnesic Shellfish Poisoning) chez l’humain, rendant les coquillages impropres à la consommation. Les pêcheries de la baie de Seine, du Morbihan, des Glénan, de la rade de Brest et des Pertuis Charentais ont régulièrement fait l’objet de fermetures parfois pendant plusieurs années avec un report de pêche possible sur le pétoncle noir lorsque cette espèce est présente. Pour la première fois, en 2016, la toxine a été détectée dans les coquilles de la baie de Morlaix ainsi que près des Côtes d’Armor. Paradoxalement, les recherches sur le sujet sont peu nombreuses et les connaissances sur ces phénomènes restent insuffisantes.

Dans ce contexte, le projet MASCOET propose d’acquérir des savoirs qui bénéficieront à l’ensemble de la flottille française en prenant comme site atelier principal la rade de Brest, particulièrement touchée ces dernières années, tout en associant d’autres sites tels que ceux de Charente Maritime ou de la baie de Seine. Il propose quatre volets qui permettront : 1. De mieux comprendre le déterminisme d’apparition des blooms toxiques de PSN ; 2. de mieux comprendre pourquoi la décontamination des coquilles Saint-Jacques en AD est très lente par rapport à d’autres pectinidés, notamment le pétoncle noir ; 3. d’améliorer la connaissance de l’écologie et de la dynamique de population du pétoncle afin 4. d’en améliorer la gestion de l’activité de pêche qui peut se reporter vers cette ressource lors des épisodes toxiques. La réflexion sur la gestion engagera non seulement les aspects traditionnels de gestion de stocks et de marché mais également les questions plus récentes concernant les interactions engins/habitat ou le soutien de pêcherie. Enfin les pistes de réflexion découlant du présent programme tiendront compte, à la fois, des modifications de l’habitat dues à la pression anthropique sur l’environnement, d’une approche par la reconquête de zones et des enjeux économiques de l’ensemble de la filière associés à la stratégie maritime territoriale.

Pour plus d'information : https://wwz.ifremer.fr/mascoet/

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation et améliorer l'expérience utilisateur. En savoir plus J'accepte