Surveillance

Réseau d'Observation et de Surveillance du Phytoplancton et des Phycotoxines (REPHY)

Le REPHY (Réseau d’Observation et de Surveillance du Phytoplancton et des Phycotoxines), mis en place par l'Ifremer en 1984, a des objectifs à la fois environnementaux et sanitaires, qui sont :

  1. la connaissance de la biomasse, de l’abondance et de la composition du phytoplancton marin des eaux côtières et lagunaires, qui recouvre notamment celle de la distribution spatio-temporelle des différentes espèces phytoplanctoniques, le recensement des efflorescences exceptionnelles telles que les eaux colorées ou les développements d’espèces toxiques ou nuisibles susceptibles d’affecter l’écosystème, ainsi que du contexte hydrologique afférent ;
  2. la détection et le suivi des espèces phytoplanctoniques productrices de toxines susceptibles de s’accumuler dans les produits marins de consommation ou de contribuer à d’autres formes d’exposition dangereuse pour la santé humaine, et la recherche de ces toxines dans les mollusques bivalves présents dans les zones de production ou dans les gisements naturels.

Pour répondre à ces objectifs, le REPHY doit assurer une surveillance des deux compartiments « eau » et « coquillages ». Pour le premier compartiment, des mesures physico-chimiques sont réalisées in situ (température, salinité, turbidité, oxygène dissous), et des prélèvements d’eau de mer sont effectués pour analyses au laboratoire : observation du phytoplancton au microscope, et analyses de chlorophylle-a et de nutriments. Pour le deuxième compartiment, des prélèvements de coquillages sont effectués pour des analyses de toxines : quatre familles de toxines sont ainsi suivies régulièrement. Ces prélèvements d'eau et/ou de coquillages sont effectués sur un réseau de lieux de prélèvement répartis sur l’ensemble du littoral.

Le REPHY couvre donc trois grand domaines : la biologie avec le phytoplancton, l’hydrologie avec les mesures physico-chimiques, et la chimie avec les phycotoxines. Il est le seul réseau français d’observation ayant une couverture nationale pour les trois domaines couverts. Une particularité supplémentaire est également l’extension depuis quelques années sur trois DOMs (Martinique, Guadeloupe et La Réunion) pour les deux domaines phytoplancton et hydrologie.

Le REPHY répond à des exigences réglementaires, notamment les contrôles officiels des zones de production de mollusques bivalves, mais il a toujours été conçu pour répondre aussi à des questions scientifiques, avec des stratégies d’échantillonnage qui s’adaptent au fil du temps aux nouvelles questions qui se posent. Les données biologiques et physico-chimiques acquises au cours des années et à une échelle spatiale importante, couvrant trois bassins marins, représentent un patrimoine énorme et une source scientifique importante, encore trop peu exploitée, pour plusieurs activités de recherche (changements climatiques, changement des populations suite aux modifications de l’usage des zones côtières, développement des espèces invasive, etc.).

Des bulletins d'information et d'alerte de la présence de phytoplancton toxique et de surveillance des coquillages sont maintenant disponibles en ligne