Thèses

en cours Maxime GEORGES DES AULNOIS

Laboratoire Phycotoxines, Ifremer

Titre : « Evaluation du transfert de risque des cyanobactéries des eaux douces aux eaux estuariennes » :

Directeur de thèse : Zouher Amzil (Laboratoire Phycotoxines, Ifremer)

Co-encadrants : Amandine Caruana (Laboratoire Phycotoxines, Ifremer), Myriam Bormans (UMR 6553 - ECOBIO)

Résumé :

L’eutrophisation des écosystèmes aquatiques, associée au réchauffement climatique, entraîne des proliférations de cyanobactéries de plus en plus fréquentes. Ces organismes photosynthétiques produisent des endotoxines (neurotoxines, hépatotoxines, dermatotoxines, cytotoxines) et constituent un réel danger pour les organismes cibles dont l’Homme. La bioaccumulation des microcystines (MCs), cylindrospermopsines (CYN), nodularines (NOD), anatoxines-a (ANTX-a) et saxitoxines (STXs), ainsi que leurs effets sur les organismes, sont globalement bien documentés. Ce sujet de thèse exploratoire, à l’interface environnement-santé publique, a pour premier objectif d’évaluer le transfert potentiel du risque des cyanobactéries toxiques via le continuum fluvial dans les zones estuariennes, siège de pêche à pied et de mytiliculture. Il permettra d’appréhender i) l’adaptation des cyanobactéries d’eau douce aux estuaires ; ii) la bioaccumulation de cyanotoxines chez des bivalves marins  révélant la contamination potentielle de milieux aquatiques côtiers. Ainsi, les objectifs de la thèse sont les suivants :

• Développer des plans expérimentaux afin de déterminer l’effet direct de divers paramètres abiotiques (salinité et température) sur la croissance des organismes et la production de toxines.

• Etudier à partir des prélèvements terrains, le devenir des cyanobactéries et des toxines le long du continuum eaux douces - eaux estuariennes par des expérimentations de type  « mésocosme » à partir d’échantillons naturels.

• Mise en place d’expériences de contamination in vitro, afin d’étudier le phénomène d’accumulation des toxines chez les bivalves marins (Crassostrea gigas ou Mytilus edulis).

L’acquisition de ces nouvelles données constituera un outil d’aide à la décision pour les autorités publiques chargées de la gestion des risques sanitaires.

Mots-clés : cyanobactéries, cyanotoxines, eaux douces, eaux estuariennes.