Thèses

En cours - Francesco Pisapia

Laboratoire PHYCOTOXINES, Ifremer Nantes; Université de Nantes

Titre : « Gambierdiscus spp. : criblage des toxines et d'autres métabolites d'intérêt »

Directeur de thèse : Philipp Hess (Phycotoxines, Ifremer)

Co-directrice de thèse : Christine Herrenknecht (MMS, Université de Nantes)

Débutée le 1er octobre 2014

Cette thèse est cofinancée par Ifremer et la Région des Pays de la Loire.

 

Résumé

Les dinoflagellés du genre Gambierdiscus (ainsi que ceux du genre Fukuyoa) produisent plusieurs groupes de toxines (notamment les ciguatoxines et les maïtotoxines) dont certaines sont impliquées dans des empoisonnements dus à la consommation de poissons ciguatériques. 

Bien que le phénomène de la ciguatéra soit connu depuis longtemps dans les tropiques, et bien que cette maladie représente un enjeu majeur à l’échelle internationale en termes de santé du consommateur et en termes de sécurité alimentaire, il y a de grandes lacunes quant à la connaissance des composés impliqués, leur réactivité et leur détection.

De plus, l’extension géographique de ces micro-organismes récemment répertoriés dans l’Atlantique Est et dans la Méditerranée nécessite un effort supplémentaire dans l’identification des profils toxiniques de ces nouvelles populations.

Cette thèse vise à l’ouverture de trois verrous pour améliorer cette situation :

  1. Clarifier les profils des ciguatoxines et maïtotoxines présentes dans des cultures de Gambierdiscus spp. par analyse en spectrométrie de masse en tandem (LC-MS/MS, basse et haute résolution) ;
  2. Les cultures les plus prometteuses seront ensuite utilisées pour isoler les toxines des groupes ciguatoxines et maïtotoxines (y compris des analogues non-répertoriés) en s’appuyant sur le fractionnement guidé par la masse et bioguidé par les tests d’activité hémolytique et de cytotoxicité ;
  3. Transformer des extraits bruts ou des toxines purifiées de microalgues, par voie chimique ou enzymatique, pour simuler les biotransformations naturellement engendrées chez le poisson. Les produits des transformations in vitro ou in silico seront ensuite caractérisés par LC-MS/MS afin de vérifier l’identité des analogues formés et pour rechercher si ces réactions peuvent être conduites à l’échelle préparatif, pour la production d’étalons de toxines.

Les connaissances acquises durant cette thèse permettront de mieux surveiller le phénomène ciguatéra et à terme de mieux évaluer le risque posé par ces toxines.