Thèses

En cours Emilien Pousse

LEMAR, IUEM, Plouzané

Sujet : « Modèle intégratif de bioaccumulation/détoxification des toxines paralysantes (PST) chez
l’huître creuse (Crassostrea gigas) basé sur la théorie des budgets d'énergie dynamiques (DEB) »

Directeur de thèse : Fred Jean
Encadrement scientifique : Marianne ALUNNO-BRUSCIA, Jonathan FLYE-SAINTEMARIE
Débutée le 1er octobre 2014
Mots clés : Accumulation ; Crassostrea gigas; Détoxification ; Modèle DEB ; Toxines paralysantes

La France étant le premier consommateur d’huîtres en Europe, ostréiculture est une activité fortement ancrée dans le patrimoine français. L'huître japonaise (Crassostrea gigas), constitue l’espèce d’huître la plus exploitée, en France, mais aussi dans le monde De par leur mode d'alimentation de type filtreur, ces bivalves sont sensibles aux efflorescences d'algues toxiques. Si celles-ci n'ont pas systématiquement un effet létal, elles peuvent les affaiblir et les rendre impropres à la consommation humaine. Il existe différents types de toxines phytoplanctoniques qui peuvent être regroupées sous les appellations amnésiques, neurotoxiques, diarrhéiques et paralysantes. Pour
ce dernier groupe, c'est la saxitoxine qui est majoritairement synthétisée par des algues du genre Alexandrium et qui a tendance à s'accumuler dans la chair des bivalves.

Depuis quelques années, de nombreux travaux ont été menés portant sur l'interaction entre Crassostrea gigas et les saxitoxines. Afin de mieux comprendre ces interactions des modèles mathématiques ont été développés mais n'arrivent pas encore à décrire précisément la cinétique d'accumulation et de détoxication des toxines paralysantes (PSTs). Ceux basés sur la théorie DEB (Dynamic Energy Budget) (Kooijman, 2000) ont été largement appliqués a l'étude de l'énergétique des bivalves. Ce type de modèle a dores et déjà permis de quantifier la croissance et la reproduction de C. gigas en fonction de différents forçages environnementaux. Il a également été appliqué a
l'étude des interactions hôtes-pathogènes (Flye-Sainte-Marie et al. 2009) ainsi qu'aux cinétiques d'accumulation et de détoxification de contaminants (Bodiguel et al., 2009; Echinger et al., 2010).

L'objectif de mes travaux de thèse est de mettre en place un modèle d'interaction entre les PSTs et l’huître en se basant sur la théorie DEB. En effet des impacts physiologiques sur l’huître après contamination par des PSTs ont été démontrés. Par exemple, les toxines paralysantes (PSTs) modifieraient la réponse immunitaire (surproduction et phagocytose des hémocytes), le comportement (modification des rythmes valvaires, production de pseudo-fecès) ou encore l'intégrité des organes (myoatrophie, inflammation des branchies). L'objectif de cette thèse, intégrée dans le projet ACCUTOX, vise donc à se baser sur ce modèle DEB pour décrire d'une part les cinétiques d'accumulation et de détoxication des PSTs au sein de C gigas mais également l'effet de cette toxine sur la physiologie de l’huître.